La réalité augmentée : vers le futur du e-commerce ?

La réalité augmentée, contrairement à ce que certaines personnes peuvent penser, n’est pas si jeune que ça. C’est dans les années 80 que cette technologie voit le jour avec l’invention du « EyeTap » de Steve Mann, qui consistait à afficher des informations devant les yeux d’un utilisateur, grâce à un simple casque.

Illustration d'une maison en réalité augmentée sur tablette

Avant de comprendre si la réalité augmentée (Augmented Reality = AR en anglais) est une stratégie de marque, intéressons-nous tout d’abord à ce qu’elle représente. Certaines personnes auront tendance à la confondre avec la réalité virtuelle et pourtant, les deux se distinguent et ne reposent pas sur le même fonctionnement. La réalité augmentée va prendre place dans le réel et ce avec des informations, des effets virtuels en plus, qui vont être ajoutés. Comment voir ces informations? Tout simplement à l’aide d’un smartphone, d’une tablette ou peu importe quel autre objet « connecté » qui va vous permettre de vivre l’expérience.

 

Le consommateur devient acteur

Combien de personnes se sont posées la question « est-ce que ce meuble aura sa place à cet endroit ? ». Une interrogation à laquelle nous aurions voulu répondre plus d’une fois sans passer par l’étape de l’achat. Aujourd’hui, avec la réalité augmentée, il est possible de se projeter avant même de passer en magasin ! Prenons l’exemple de l’application « IKEA Place ». Il vous suffit tout simplement de l’installer sur votre smartphone et le tour est joué. Vous pouvez naviguer librement dans le catalogue des produits que propose l’enseigne et choisir le meuble qui vous fait envier. Ensuite, il vous suffit tout juste de tourner votre caméra pour placer votre meuble où bon vous semble et c’est comme s’il était déjà installé chez vous. Facile non? Vous pouvez retrouver les 50 meilleures applications en réalité augmentée pour smartphone, pour en découvrir plus sur leur fonctionnement et qui vous donnera peut-être envie d’essayer, si ce n’est pas déjà fait.

 

La réalité augmentée, un atout pour les marques selon Robin Palazzolo

Afin d’en apprendre un peu plus sur cette technologie, nous avons décidé de nous adresser à un professionnel du métier, Robin Palazzolo, chef de projet digital et e-commerce chez Decathlon. Robin nous raconte son expérience avec la réalité augmentée, dans le cadre d’un projet pour la marque de sports de montagne Quechua et a accepté de se confier à nous.

 

Quels sont selon toi les avantages pour les marques d’utiliser la réalité augmentée? 

Il y a beaucoup d’avantages d’utiliser la réalité augmentée et c’est quelque chose que l’on voit de plus en plus. Tout d’abord, cela va permettre de mettre en avant un produit sur plusieurs supports de communication, que ce soit sur le web ou sur du print. La réalité augmentée va permettre de mettre en situation le produit et faciliter l’interaction de l’utilisateur avec ce produit là. Dans une période de crise sanitaire comme on peut le vivre aujourd’hui, ça peut être très intéressant. 

 

Penses-tu que la réalité augmentée sera de plus en plus utilisée dans le futur et si oui pourquoi?

Effectivement, je pense que ça va continuer de se développer. Après il ne faut pas oublier que ça reste une technologie qui est assez chère et qu’il n’y a pas beaucoup de boites aujourd’hui qui sont spécialisées là dedans. Donc c’est plutôt un marché de niche. Il va donc falloir encore attendre que ça se démocratise puisqu’aujourd’hui, toutes les entreprises qui veulent avoir accès à la réalité augmentée, ne peuvent pas forcément toutes se le permettre. En tout cas, c’est sûr que c’est une technologie d’avenir puisque ça va permettre de lever beaucoup de freins pour certaines entreprises. Cela va surtout donner la possibilité de mettre en avant des produits de façon plus ludique et plus simplifiée.

 

Parle nous de ton expérience avec la réalité augmentée chez Decathlon pour la marque Quechua? Quels ont été les points positifs concernant la stratégie commerciale?

Dans un premier temps, on a testé de la réalité augmentée sur un tract sur lequel on pouvait venir scanner des petits encarts pour augmenter l’image sur ce tract. On a aussi fait passer des messages grâce à des vidéos, des interviews de chefs de produit ou autre. C’est quelque chose qui a bien marché puisque le tract a été énormément « traqué » comme on peut dire. On avait des analytics pour pouvoir suivre un peu les interactions de nos utilisateurs et c’est plutôt intéressant. Parce qu’en général, concernant le tract, on va avoir des infos sur combien on en a livré mais on a aucun retour sur combien ont été lus, combien ont été ouverts ou non. Et là, l’avantage de la RA c’est qu’on a pu suivre un peu ce qu’il se passait et du coup, avoir quelques statistiques entre l’interaction de nos utilisateurs et le tract. 

 

Et quels ont été les freins avec la réalité augmentée?

Nos petits tests sur le site internet n’ont pas été très concluants car on a l’habitude sur notre site d’avoir une base de photos qui est très importante pour nos produits et donc au final, la RA n’est pas forcément indispensable pour nos utilisateurs. Et puis on a des produits qui sont un peu compliqués pour les jouer en réalité augmentée notamment notre gamme de tentes. Donc la RA n’est pas un très bon levier pour ce genre de produit car les clients préfèrent les voir en physique. On a donc pas forcément continué le projet et surtout, avec la crise sanitaire qui a coupé notre budget. Ça ne nous a pas permis d’aller plus loin. 

 

Avez-vous des projets futurs pour la marque Quechua en intégrant la RA?

Je pense que le projet dont je t’ai parlé juste avant est un projet qui va être relancé puisque, tous ces freins de taille réelle de produits sont de plus en plus levés avec la réalité augmentée. Aujourd’hui, on va pouvoir permettre, par exemple, à un utilisateur de choisir la tente qu’il a envie de voir et de la projeter dans son jardin en taille réelle. On veut permettre au client d’avoir quelque chose de statique et qu’il puisse faire rentrer son enfant ou son ami dans le champ de vision de son téléphone. La réalité augmentée est donc une technologie très intéressante, qui nous a montré aussi ce qu’il ne fallait pas faire et ce qui ne marchait pas chez Decathlon. Donc je pense qu’on va re tester ce projet !

 

La réalité augmentée a-t-elle un futur prometteur pour toi?

Oui, comme je te le disais, elle a un futur prometteur dans le sens où, si elle se démocratise et si elle devient plus accessible, ça va être une solution très chouette pour beaucoup d’entreprises. Aujourd’hui on le voit beaucoup dans des entreprises qui fabriquent des chaussures par exemple. Pouvoir mettre de la RA sur des chaussures, les essayer directement depuis son salon, les mettre dans ses pieds pour voir comment ça rend c’est des choses qu’on voit pas mal. On commence aussi à le voir pas mal sur des sacs à dos, comment il sera porté, les poches qu’il propose, quelles sont  les poches cachées qu’on voit pas forcément bien sur des photos. Et donc la réalité augmentée va permettre de pouvoir éclairer ces éléments afin de lever certaines limites.

 

Une technologie alliée du marketing 

Le marché de la réalité augmentée est encore en pleine croissance. Dans les prochaines années, il sera sûrement de plus en plus généralisé et notamment, par les plus grands qui représentent les GAFAM comme nous l’explique ce petit documentaire. Nous l’avons également compris, face à la situation sanitaire que le monde vit actuellement, selon l’article du journal Finances News Hebdo, d’ici 2023, le nombre d’utilisateurs de la RA dans le monde devrait atteindre 2,4 milliards d’utilisateurs. Mais en attendant, vous pouvez télécharger l’application qui vous fait plaisir afin de tester la réalité augmentée et comme vous l’aurez compris, il y en a pour tous les goûts. Mais attention de ne pas en devenir accro comme lors de la sortie du jeu Pokémon GO…

 

Imen Bazdah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *