TousAntiCovid ou quand le numérique se met au service de la santé

Dans un précèdent article, nous évoquions l’échec de la première application de traçage mis en place par le gouvernement pour endiguer la propagation du coronavirus. Sur le même sujet, nous vous proposons de découvrir les nouveautés de la nouvelle plateforme, TousAntiCovid, les critiques à son encontre mais aussi son avenir.

 

Fini les bugs et le fiasco de StopCovid. Bienvenue à TousAntiCovid. En octobre dernier, le gouvernement a procédé au lancement de la nouvelle application de traçage. TousAntiCovid est une mise à jour de la précédente application dont l’échec avait été annoncé par Emmanuel Macron en personne. Les concepteurs de l’application ont sûrement tiré les leçons de l’ancienne plateforme. Cette fois, le gouvernement veut maîtriser la communication et surtout rassurer l’opinion publique. La nouvelle application a intégré plusieurs options qui ne figuraient pas sur StopCovid. On y a la possibilité de pouvoir télécharger l’attestation dérogatoire : document nécessaire pour les déplacements pendant le confinement ou le couvre-feu.  Ou encore la réception des informations liées au nombre de cas Covid et de décès publiés par le ministère de la santé.

 

« Une application respectueuse de la vie privée des utilisateurs… »

Si l’échec de StopCovid s’explique en partie par la réticence des Français, par rapport aux données personnelles collectées par l’application, avec TousAntiCovid les autorités sont catégoriques : « le projet réunit l’expertise d’acteurs nationaux publics et privés (…) qui se sont attachés à la préserver la sécurité et la vie privée des Français… », rassure le site officiel du gouvernement.

 

Une application énergivore

Malgré cette annonce qui tente de convaincre l’opinion, d’autres polémiques ont éclaté sur les réseaux sociaux concernant ce dispositif recommandé par le conseil scientifique. Sur Twitter, de nombreuses personnes ont menacé de désinstaller l’application ou de ne jamais l’installer rapporte Capital.fr.  Raison évoquée : la plateforme serait énergivore. « Il peut y avoir une consommation légèrement supérieure qui entraîne une recharge supplémentaire, mais les développements techniques ont permis de limiter un surcroît de consommation : environ 15 minutes de durée en moins par jour, selon les téléphones », admet la Direction générale de la santé sur Capital.fr.

 

Une communication réussie mais un succès mitigé

TousAntiCovid, contrairement à sa défunte cousine StopCovid, n’aura pas été un échec à 100%. Depuis sa mise en ligne en fin octobre 2020, l’application a été téléchargée par près de 10 millions d’utilisateurs. Un score en deçà de ceux d’Allemagne par exemple (17 millions). Mais un chiffre honorable tout de même comparativement aux 2 millions de téléchargement qu’avait récolté StopCovid. Ce chiffre est aussi le résultat de la cohérence de la communication de l’exécutif autour de l’application. Les autorités sanitaires ont décidé d’accorder leurs violons pour inciter les Français à accepter TousAntiCovid. Lors d’un point presse animé le 17 décembre 2020, le directeur général de la santé Jérôme Salomon a une nouvelle fois exhorté les citoyens à télécharger l’application. Et d’ajouter : « le président de la République est un fervent partisan de TousAntiCovid ». Ces propos suffisent-ils pour convaincre les indécis ? difficile de se prononcer mais wait and see.

Bangaly Kourouma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *