La visioconférence, réel outil écolo ou énergivore à souhait ?

La visioconférence en France est devenue la norme avec le confinement. Cependant, le développement accéléré de cet outil n’est pas sans conséquence pour l’écologie.

Le confinement entre les mois de mars et mai a démocratisé les outils de visioconférence. Ils sont nombreux sur le marché à proposer un service gratuit et accessible. En France, le second confinement en plein mois de novembre a amplifié la pratique de la réunion à distance. Mieux encore, ces outils ont été une grande aide pour les étudiants avec la fermeture des facs. Alors si les applications telles que Teams, Zoom, Meet, sont privilégiées pour le travail à distance, est-ce vraiment écolo-compatible ? Eléments de réponse.

 

La visioconférence, un outil utile pour toutes les réunions de travail

La vidéoconférence, ou visioconférence, est un outil de réunion à distance à l’aide de l’audio et la vidéo. Cela permet de communiquer à distance entre deux personnes à l’occasion d’une réunion. Ce format de réunion s’est fortement développé depuis l’apparition du Covid-19. En effet, les confinements successifs ont obligé les entreprises à s’adapter. Par conséquent, les salles de réunion physiques sont devenues des salles virtuelles de travail. De plus, de nombreux logiciels permettent de se réunir facilement avec rapidité. Les avantages de la vidéoconférence sont nombreux : tout d’abord la salle de conférence est très fluide et dispose de modules pour partager des documents numériques.

Ensuite, utiliser la vidéoconférence permet d’optimiser le travail collaboratif entre les étudiants, collaborateurs d’une entreprise et ainsi de suite. Utiliser les logiciels de vidéoconférence est essentiel pour partager des informations à travers une réunion virtuelle. Deux outils sont en plus à utiliser à bon escient. Il s’agit du micro et de la vidéo. Par ailleurs, ces deux outils sont accessibles sur un ordinateur si l’utilisateur ne dispose pas d’écouteurs. Enfin pour mettre en place ce système de visioconférence, il faut une connexion à internet ou de la bande passante.

La liste de ces outils garantit une conférence en ligne de qualité grâce au logiciel de visioconférence. Ils sont plusieurs sur le marché à proposer une interface desktop numérique fiable.

À lire aussi : La visioconférence est-elle écologique ? 

 

Teams, Skype, Zoom, Whatsapp, Messenger, des visios en version gratuite

De nombreux logiciels font la promotion des appels vidéo ou conf call. En effet, ils sont connus dans le monde entier et proposent un bureau virtuel avec un nombre de participants au choix. Les deux plateformes populaires depuis les confinements en France sont Zoom et Microsoft Teams, le successeur de Skype. 

Ces deux plateformes de visioconférence garantissent une réunion à distance de qualité avec un partage de documents simplifié. Toutes les applications de visioconférence embarquent un bureau numérique de travail. L’ensemble de ces outils est utilisable avec une connexion internet bon débit.

Les points forts des outils de vidéoconférence en France :

  • Une vidéo conférence accessible par des onglets accessibles ;
  • Le partage d’écran, une solution parfaite pour réaliser des démonstrations via son ordinateur ;
  • La messagerie instantanée embarquée permet de converser avec tous les acteurs de la réunion ;
  • L’enregistrement vidéo propose une conservation de la réunion en tant qu’archive.

 

Messenger et Whatsapp : deux challengers pour la vidéoconférence

Voici les principales fonctionnalités associées à Zoom ou Microsoft Teams. Un cran en dessous, les applications de messagerie instantanée. Whatsapp, et Messenger assurent des appels téléphoniques de grande qualité sur les smartphones. En effet, moins complets, ces deux applications sont en revanche très pratiques pour des appels téléphoniques ou vidéo rapides depuis son smartphone. Ils sont légitimes pour des réunions très courtes et faire le point sur les projets professionnels et étudiants. 

Les atouts des messageries instantanées :

  • Les conférences téléphoniques accessibles en Wi-Fi et 4G ;
  • Aucune limite de durée sur les appels téléphoniques ;
  • La visioconférence optimisée sur smartphone ;
  • Une bande passante moins sollicitée sur les applis WhatsApp et Messenger.

 

Une empreinte carbone à prendre en compte

La multiplication des appels vidéo depuis le confinement a propulsé ces applications pour les professionnels et les particuliers. Des millions de personnes ont sollicité ces outils de visioconférence. En contrepartie, les déplacements professionnels ont été limités. Pour autant, l’empreinte carbone de ces outils n’est pas négligeable. En effet, cette pollution numérique est réelle auprès des data centers et de la production d’électricité. Aujourd’hui, la pollution numérique représente 4% de la consommation mondiale. C’est plus que l’aviation. Depuis 2018, le numérique participe pour 10% de la production mondiale d’électricité. Selon Good planet, ce chiffre augmente chaque année.

Par ailleurs, l’utilisation de la visioconférence a une incidence sur la consommation énergétique : 

  • La consommation électrique multipliée par deux avec l’ajout du microphone et de la vidéo ;
  • +12% en ajoutant le partage d’écran avec l’audio ;
  • En activant l’ensemble de ses supports en prenant en compte l’échange de données, il y a une consommation énergétique très forte : +51% avec le partage d’écran, la visio et le microphone.
  • Sur smartphone, l’utilisation de ces outils multiplie par trois leur impact sur l’environnement.

À lire aussi : la fausse-bonne idée du 100% télétravail

Louis Oeuvrard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *