Traçage numérique : la désillusion de l’application StopCovid

Sur le front de la lutte contre le coronavirus, le gouvernement français ne lésine pas avec les moyens. Après les efforts consentis pour équiper les services hospitaliers, les autorités ont, à l’image d’autres pays européens et asiatiques, mis en place StopCovid. Une application de traçage pour mieux suivre les malades du Covid Le dispositif n’a pas convaincu grand monde et dans la foulée, une autre application a vu le jour.  Dans cette série de deux articles, nous vous mettons au parfum de ces outils numériques mobilisés dans la lutte contre la plus grave épidémie depuis un siècle.

stop covid sur un smartphone

De nombreuses personnes au sein de l’opinion publique ont exprimé leur pessimisme et leur inquiétude quant à l’utilisation de données personnelles. Selon un sondage réalisé le 7 mai 2020 par l’observatoire Data Publica, « une majorité des Français, 54% déclarent ne pas avoir confiance dans la manière dont les données seront utilisées ». Pourtant, à l’échelle européen, StopCovid était la seule application qui fonctionnait avec un serveur centralisé pour stocker les données. En clair, l’appli n’a pas eu recours aux services de Google et Apple pour ce travail.

Avant le lancement de l’application, une autre enquête réalisée au niveau européen donnait une large majorité de Français favorable à l’installation d’un tel dispositif pour contribuer à lutter contre la pandémie.

L’université d’Oxford avait mené cette étude pour savoir le taux d’acceptabilité des applis de traçage dans plusieurs pays Européens. Selon cet autre sondage, « près de 80% des personnes (interrogées en France), avaient déclaré qu’elles installeraient l’application [StopCovid NDLR] sans aucun doute ». Un chiffre très loin de la réalité du terrain. En effet, StopCovid n’a été téléchargé que par 4% de la population. Alors qu’est ce qui n’a pas marché ?

 

Défaillance au niveau de la communication ?

Pour expliquer l’échec de StopCovid, plusieurs hypothèses sont avancées. Si certaines évoquent un manque de communication, d’autres en revanche parlent d’un mauvais timing.
Sur le plan de la communication, de nombreux couacs ont été constatés. Le 30 juin 2020, Olivier Véran, ministre de la santé faisait un tweet pour inciter l’opinion publique à s’approprier ce dispositif de traçage numérique. « Téléchargez StopCovid , l’appli qui vous informe et vous accompagne… », pouvait-on lire sur son compte Twitter.

Oui je pousse le Français à le faire mais je ne l’ai pas fait

Cependant, pour rassurer les Français, le meilleur coup de com aurait été de voir l’exemple venir d’en haut. Malheureusement, le chef du gouvernement a, au cours d’une interview, avoué qu’il n’avait pas téléchargé StopCovid. Mettant ainsi en difficulté son ministre de la santé. « Oui je pousse le Français à le faire mais je ne l’ai pas fait » a déclaré Jean Castex sur France 2. Des propos osés mais qui ont certainement contribué à la mise à mort de l’application StopCovid.

Plus de 2 millions de Français avaient téléchargé l’application StopCovid. C’est loin des objectifs fixés par les autorités sanitaires. Lancée depuis juin 2020, cette application de traçage numérique avait pour objectif de suivre les cas contact du Covid .

En Allemagne et en Angleterre, respectivement 17 et 14 millions de personnes ont téléchargé les applications de traçage. Le gouvernement français a en tout cas pris acte de l’échec de StopCovid et a d’ailleurs pensé à rectifier le tir. L’application a été remplacée par une autre : TousAntiCovid. Mais quand est-il réellement ? nous le verrons dans le prochain article consacré à ce sujet.

Bangaly KOUROUMA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *