Conférence du Master 2 Information-Communication (GECI) édition 2021

Rédigé par Romane Tosello, Nadège Doustaly et Marina Favre

Celle qu’il ne fallait pas louper !

Le 2 décembre 2021, s’est tenue la conférence : « YouTube, Instagram, TikTok… : nouvelles tactiques de communication politique » organisée par notre Master Information-Communication parcours GECI, à la Mairie du 6e arrondissement de Lyon. 
Nous avons voulu faire de cet événement une rencontre entre professionnel·les et étudiant·es du secteur de la communication et/ou de la politique pour échanger autour d’un sujet d’actualité : l’évolution de la communication politique sur les canaux digitaux.

Pour ce faire, deux professionnels en communication politique sont intervenus lors de notre conférence. Ils étaient invités à décortiquer le sujet en s’appuyant sur leurs expériences et leurs yeux d’experts : 

  • Bastien André : diplômé de Sciences Po Strasbourg, il est consultant en communication politique et responsable de l’antenne Lyonnaise de Plebiscit (une agence de communication politique). À 25 ans, il a déjà été chargé de communication pour le cabinet de la présidente du conseil départemental du Haut-Rhin et directeur de campagne pour les élections municipales de 2020. 

Derrière son costume cravate, Bastien André s’est révélé être un vrai pro de l’humour. De quoi prouver ses talents de communicant au milieu d’analyses pertinentes.

  • Fabien Verso : diplômé en journalisme, il co-fonde en 2017 Dérush Média, un média vidéo sur les réseaux sociaux qui veut rendre l’information politique et sociale plus claire et captivante grâce à un style innovant et créatif. À 24 ans, il a déjà été journaliste, notamment pour l’AFP, le Monde ou encore Brut. 

Sur le recto de la carte, Fabien Verso est un journaliste ambitieux qui a su apporter son regard sur la communication politique et les réseaux sociaux. Au verso, il est aussi celui qui n’a pas pu s’empêcher de poser quelques questions à notre autre intervenant. Chassez le naturel, il revient au galop (et c’est plutôt cool). 

À notre grand soulagement, le public était bien au rendez-vous et divers profils étaient présents : étudiant·es, professionnel·les en politique et une majorité de professionnel·es de la communication. 

La conférence s’est articulée autour de 4 grandes thématiques : les plateformes, les publics, les contenus et les discours.

Les plateformes sont en train de bouleverser la communication politique

Aujourd’hui, les plateformes de réseaux sociaux occupent une place importante en communication politique. Nos deux intervenants confirment tous les deux qu’elles ont impacté la médiation entre les politiques et les Français. Fabien Verso souligne que les plateformes ont pu faire sauter le filtre des médias et permettre aux politiques d’avoir un rapport plus direct avec les citoyens, jusqu’à s’immiscer dans leur quotidien. 

D’un autre côté, Bastien André a constaté que les plateformes ont pu faire émerger de nouvelles manières de faire la politique, comme les diffusions en live des conseils municipaux, permettant ainsi d’ouvrir ces réunions à un plus large public.

L’avenir des campagnes politiques exclusivement sur les réseaux sociaux ?

Non. Pour nos deux invités, la réponse est claire. Selon Bastien André, les dernières élections régionales nous ont montrées que miser exclusivement sur les réseaux sociaux menait à l’échec, car il faut aussi faire du terrain. Fabien Verso a aussi ajouté qu’on ne se dirige plus vers une communication complémentaire entre les instances de campagnes classiques et les réseaux sociaux. On le voit déjà aujourd’hui quand, par exemple, Eric Zemmour a annoncé sa candidature à la fois en live sur YouTube puis au journal de 20h (Désolée pour le mauvais souvenir).

Facebook, Instagram, Twitter, à multiplier les plateformes est-ce que les politiques ne complexifient pas leur communication ?

Pour Bastien André, il faut faire la distinction entre : d’une part les hommes d’État qui eux se doivent d’utiliser toutes les plateformes et, d’autre part, les élus locaux qui n’ont ni l’intérêt ni l’équipe et le temps nécessaire pour être de partout (Petite pensée au maire de ton village qui voulait absolument devenir la prochaine star de TikTok).

Les publics, les trolls et la politique

Nous savons que les réseaux sociaux offrent un espace de liberté considérable au public, un espace dans lequel tout le monde peut interagir avec les politiques, parfois par des commentaires négatifs. Dans ce cas précis, Bastien André conseille aux politicien·nes de ne pas répondre aux trolls puisqu’un simple commentaire pourrait ainsi prendre une grande ampleur (“don’t feed the troll”). 


Pour ce qui est des « polémiques », il affirme qu’il vaut mieux répondre en message privé et régler le problème de cette manière. Enfin, il propose de bloquer les personnes qui critiquent pour gagner du temps (hop, sous le tapis les rageux).

Audience, sponsoring et influenceurs·euses politiques : la communication politique c’est du marketing !

Pour toucher et élargir son audience en ligne, Fabien Verso relève le fait que le sponsoring peut être intéressant à utiliser puisqu’il permet de s’adresser à des communautés spécifiques, avec des critères précis. De son côté, Bastien André fait remarquer que la publicité est tout de même très réglementée en politique. Par exemple, il est illégal de réaliser des publications sponsorisées durant les 6 mois précédant une élection présidentielle (pas grave, il reste TikTok).

Pour ce qui est de l’existence ou non d’influenceurs ou influenceuses ̶b̶e̶a̶u̶t̶é̶ politiques, nos deux intervenants confirment qu’iels sont bien présent·es :

  • Papacito pour l’extrême droite
  • Usul pour l’extrême gauche
  • Hugo Clément pour l’écologie

Bien que les influenceurs·euses soient né·es dans les branches politiques radicales, nous pouvons désormais les retrouver dans tous les partis. 

Les politicien·nes et les contenus sur les réseaux sociaux : un cocktail réussi ?

Avec l’arrivée massive des politiques sur les différents réseaux sociaux, nous pouvons nous demander si les contenus postés sont toujours pertinents.

Pour rappel, Mélenchon a atteint les 7 millions de vues grâce à la vidéo de son lait fraise, les 5 millions avec celle sur la chanson de Wejdene… Des chiffres qui demeurent plutôt exceptionnels pour la plateforme TikTok.

Mème sur Mélenchon et son lait fraise (TikTok)

Ces vidéos peuvent ainsi être considérées comme des « bad buzz » aux retombées positives puisqu’elles ont permis de lui donner une image de personne sympathique… ou de “grand-père mignon”, comme le dit si bien Fabien Verso. 

Bastien André note également que les vidéos TikTok de Jean-Baptiste Djebarri (Ministre des Transports) lui donnent aussi une bonne image, mais que ce ne sont pas ces vidéos qui permettent de communiquer sur l’innovation des transports en France. Il s’agirait plutôt d’une communication sur lui-même.

Les meetings virtuels peuvent-ils remplacer les meetings traditionnels ?

Les réseaux sociaux permettent également de faire du live. Les politicien·nes qui le souhaitent peuvent ainsi réaliser des meetings virtuels, mais Bastien André rappelle qu’iels ont peu d’intérêt puisqu’ils ne permettent pas de tirer des images marquantes qui peuvent être reprises par les médias, comme c’est le cas avec les meetings classiques qui, eux, sont très visuels et reboostants.

Macron "Parce que c'est notre projet"

Les réseaux sociaux, un moyen de découvrir les politiques autrement

En effet, à travers les réseaux sociaux, les politiques nous dévoilent des facettes de leur personnalité que nous ne leur soupçonnions pas, et nous font entrer plus intimement dans leur univers.

Mais en termes de stratégie éditoriale, c’est une tactique plutôt judicieuse, puisqu’il s’agit de jouer sur l’affect, et quoi de mieux qu’une vidéo de chats trop mignonne pour attendrir les cœurs, comme l’a fait Marine Le Pen en s’improvisant YouTubeuse pour parler de son chat :

Marine Le Pen la nouvelle youtubeuse - mème

Bastien André souligne qu’il n’y “a que l’affect qui fonctionne comme Zemmour [le fait] sur les réseaux sociaux. Les gens sont parfois prêts à pleurer [pour leur politique préféré, NDLR] et les réseaux sociaux jouent beaucoup sur cette carte-là.” Cette méthode a l’air de fonctionner puisqu’elle déchaîne les passions : que l’on aime ou que l’on déteste, cela suscite forcément la réaction de tout un chacun. 

Fabien Verso ajoute également que cette utilisation des réseaux sociaux permet de faire connaître sa tête, sa personnalité avant même ses idées. De plus en plus de personnes votent d’abord pour la personnalité d’un·e candidat·e, ce qu’il ou elle leur inspire, celui ou celle qui aura le capital sympathie le plus élevé.

À titre d’exemple, le journaliste cite le concours d’anecdote d’Emmanuel Macron avec les YouTubeurs Mcfly et Carlito : ce véritable coup de com’ a permis au chef de l’Etat d’apparaître sympathique auprès des jeunes et de se donner une image de “président cool” et donc de gagner en popularité auprès de l’électorat de demain.

Cependant, Bastien André émet tout de même des réserves quant à cette stratégie, dont il ne faudrait pas abuser selon lui, d’autant que certaines plateformes s’y prêtent moins bien que d’autres. Sur Twitter par exemple, il est d’usage de ne pas communiquer sur sa sphère privée, car il s’agit d’un moyen davantage adapté pour s’adresser aux militant·es et journalistes.

Qu’est-ce qui prime aujourd’hui pour travailler dans la communication politique  : maîtriser les sujets politiques ou bien maîtriser les codes des réseaux sociaux ?

Question clivante, puisque nos deux invités ont un regard complètement différent sur la réponse : selon Bastien André, maîtriser les sujets politiques est incontournable afin de bien communiquer sur les réseaux sociaux tandis que pour Fabien Verso, c’est l’aspect communicationnel qui prime.


Ce qui est sûr, c’est qu’à présent, les politiques sont “partout, dans les campagnes, dans les villes, sur les réseaux sociaux”… au grand dam de certain·es, ou pour le plus grand bonheur d’autres 😉

Marine Le Pen "Ils sont partout"

Si cela vous intéresse, vous pouvez retrouver l’intégralité de cette conférence en vidéo sur notre compte Instagram !

Laisser un commentaire