Les bibliothèques de ressources numériques libres de droits

Rédigé par Benoit Marechet

Photos, musiques, vidéos, illustrations… Dans chacun des projets du master, il vous faudra faire appel à des contenus de qualité et adaptés à vos besoins. Mais comment faire quand on a ni le temps ni l’argent pour créer les contenus parfaits ? On a la solution ! Des bibliothèques de ressources numériques gratuites et libres de droits. Tous nos tips pour trouver et faire un bon usage de ces contenus sont dévoilés dans cet article.

À tout·e·s les futur·e·s GECI, cracks de la communication en devenir, virtuoses de l’Internet de demain. Vous vous êtes déjà retrouvé·e·s en prison parce que vous aviez copié-collé une image trouvée sur Google sur votre site internet ? J’espère que non. Et dans cet article, on va vous donner plein de ressources pour éviter que ça n’arrive (parce que la prison c’est pas ouf quand même).

Concevoir et réaliser des projets de communication numérique, c’est faire appel à une multitude de ressources : photos, illustrations, musiques, icônes… Et c’est toujours tentant de s’approprier ce que l’on trouve sur Internet : les belles photos Pinterest, les derniers sons d’Orelsan, les illustrations glanées sur Instagram… Mais on rappelle que c’est interdit quand l’auteur·rice de la ressource demande des droits d’exploitation et de diffusion ! Du coup, on a la solution parfaite : une liste de sites sur lesquels toutes les ressources (ou presque) sont gratuites et libres de droits.

Bibliothèque d’illustration avec Blush

On est toujours tenté d’ajouter de petites illustrations à nos projets web, pour rendre l’interface plus dynamique, colorée et attrayante. Mais créer une illustration, on peut y passer des heures, surtout si on ne maîtrise pas le tout puissant Illustrator. Et pour les projets d’études, on oublie l’appel à un·e graphiste, qui fera fondre instantanément le budget du mois. 

Sur Internet, on peut trouver des centaines de bibliothèques d’illustrations, gracieusement mises à disposition par des créateur·rice·s. Mais là aussi, on peut passer des heures à trouver le bon style, la bonne posture du personnage, les bonnes couleurs assorties à la charte graphique… Nous, on propose une solution facile, inépuisable et modulable : Blush.

Blush est une bibliothèque d’illustrations avec de très nombreuses propositions variées et de qualité. Plusieurs graphistes professionnel·le·s mettent à disposition leurs collections de designs. Une seule collection peut rassembler des centaines de ressources, toutes dans le même style, ce qui permet de sélectionner de nombreux éléments visuellement cohérents. Et ça, on aime beaucoup. 

Pour rechercher les illustrations pour un projet, il est possible de parcourir les collections et de trouver un style graphique qui répond aux besoins du projet, ou on peut rechercher par catégories d’illustration : objets, travail, transports, nourriture, animaux, santé… Il est également permis d’utiliser la barre de recherche pour trouver une illustration précise.

Ce qu’on aime par-dessus tout chez Blush, c’est qu’on peut personnaliser chacune des illustrations. La plateforme intègre une interface de personnalisation, qui permet de modifier de nombreux éléments et de créer d’une certaine manière une illustration unique qui répond précisément à ce que l’on recherche. On peut par exemple changer les vêtements d’un personnage, modifier sa couleur de cheveux, sa posture, ses accessoires, son environnement… Toutes les illustrations n’intègrent pas le même degré de personnalisation, mais un minimum est toujours possible. 

Une fois qu’on a ajouté sa touche perso à l’illustration, on peut la télécharger en format png, ou l’intégrer directement à Figma (Quoi ? Vous connaissez pas Figma ? Lisez vite cet –article– pour en savoir plus sur cet outil indispensable aux GECI).

Concernant les droits d’utilisation, les illustrations issues de Blush peuvent servir à des fins personnelles, professionnelles et commerciales, être incluses dans tous types de produit final (site web, publications pour les réseaux sociaux, vidéos, présentations…), et être modifiées et retravaillées à volonté. Il est toujours apprécié de créditer l’auteur·rice des illustrations, bien que ce ne soit pas obligatoire d’après la licence de la plateforme. Les modalités de la licence de Blush sont disponibles ici, c’est-à-dire tout ce qui est permis ou non avec les illustrations de la plateforme.

La version gratuite autorise une création d’illustrations suffisamment complètes, et des téléchargements illimités de designs. Mais la version payante va bien plus loin : elle permet davantage d’outils de personnalisation, un accès au catalogue complet des illustrations, et plusieurs formats de téléchargement en très haute qualité.

Bibliothèque sonore avec Uppbeat

Les beaux visuels, c’est essentiel pour se démarquer et rendre un contenu numérique attrayant, mais il ne faut pas négliger le son. Une ambiance sonore, ça participe à l’image de marque, à renforcer un univers esthétique et à créer de l’affect. Mais attention, les contenus sonores c’est comme les contenus visuels, on n’utilise pas n’importe quel fichier sous prétexte qu’il se trouve facilement sur internet. 

On n’a pas encore vraiment eu l’occasion de s’en servir pendant le master, mais on garde en tête cette belle solution pour notre vie professionnelle : la plateforme Uppbeat.

Uppbeat est une bibliothèque sonore, gratuite et libre de droits qui permet d’utiliser de nombreux fichiers. Que l’on se lance dans la création de podcasts, de vidéos, de publications pour les réseaux sociaux, on peut aisément piocher dans cette base de ressources, qui intègre musiques, ambiances sonores et bruitages.

L’interface de la plateforme est fluide, attrayante et tous les fichiers sont classés par catégories : styles musicaux, thématiques, effets, ambiances sonores… et il y a même des suggestions faites sur le contenu visuel associé. 

La plateforme reprend tous les codes des plus grandes applications de streaming musical. Toutes les fonctionnalités sont présentes : écoute directe, téléchargement du morceau, création de playlists, ajout aux favoris, filtres de recherche… En quelques minutes, on trouve facilement le son pour finaliser le jingle d’une chaîne Youtube.

L’usage de ces sons est totalement gratuit, tant que c’est une petite entreprise qui n’a pas les moyens d’acheter des droits d’exploitation et de diffusion, qui s’en sert. Et on sait que c’est votre cas, jeunes Geciwans. Toutes les ressources proposées sur Uppbeat peuvent être utilisées à des fins personnelles, professionnelles et même commerciales.

La politique d’utilisation de la plateforme est simple : on se crée un compte, on télécharge les sons qui nous intéressent, on reçoit une licence associée à notre compte et on n’aura plus qu’à mentionner la licence dans la légende de notre contenu ou les mentions légales de notre site. Chaque utilisation d’un son requiert une licence : même son, mais deux vidéos différentes, c’est donc deux licences à utiliser.

Bien évidemment, Uppbeat propose une version totalement gratuite et une version premium ; la première ne permet que 10 téléchargements mensuels, ainsi qu’un accès à la moitié de la bibliothèque seulement. La version premium, en plus d’un accès débridé aux ressources, permet d’assurer aux créateur·rice·s de la plateforme un soutien financier.

Bibliothèque d’images avec Pexels

Des banques d’images gratuites et libres de droits, on en trouve à la pelle sur internet, et en même temps rares sont celles qui proposent des contenus véritablement qualitatifs. Alors on aurait très bien pu parler de Pixabay, Flickr, ou encore Shutterstock… qui sont parmi les plus connues sur Internet. 

Mais il y a un point qui nous rend chafouins à chaque fois. Vous avez remarqué que, trop souvent, les bibliothèques d’images nous mettent à disposition une quantité folle de photos, mais que les plus jolies sont toujours payantes ? Et ça, on n’aime pas du tout. C’est pourquoi on va parler de Pexels.

Cette bibliothèque d’images propose une sélection très qualitative de visuels, et tout, on dit bien TOUT, est gratuit et libre de droits. Des centaines de milliers de photographies sont présentes sur la plateforme, et elle est alimentée quotidiennement par les créateur·rice·s et photographes. Il y a également une section vidéo sur Pexels, ce qui permet de récupérer de très beaux plans pour faire ses propres montages vidéos. 

On peut faire une requête directement depuis la barre de recherche, avec les mots-clés qui nous intéressent. Le système de référencement et l’algorithme de Pexels permettent de trouver rapidement et facilement l’image qui correspond à nos besoins. Et le petit plus de la recherche, c’est que Pexels propose des étiquettes en lien avec notre demande pour la préciser ; par exemple, si on tapes « nature », il nous proposera d’affiner notre recherche avec des étiquettes comme « paysage », « forêt », « fleurs », « ciel »… Et si on clique sur ce dernier, il nous repropose d’affiner avec « nuages », « soleil couchant », « ciel de nuit »…

Chaque visuel à télécharger est proposé dans plusieurs tailles d’exportation, allant de la petite miniature à la version haute définition plein écran, et se rend disponible au format jpg. Il est également possible, depuis la plateforme Pexels, d’avoir accès à toutes les données Exif des ressources, qui permettront d’en savoir plus sur l’image sélectionnée : appareil et objectif utilisés, taille du fichier, résolution, date de prise de vue, couleurs principales…

Toutes les ressources présentes sur Pexels sont associées à la licence propriétaire de la plateforme. Celle-ci prévoit un usage libre des photos et vidéos : on peut télécharger autant de visuels qu’on le souhaite, les modifier à volonté, les diffuser sur tous nos supports (site web, réseaux sociaux, packaging, affiche…). Vous pouvez retrouver ici ce qu’il est possible de faire avec les ressources issues de Pexels.

Pexels est une plateforme entièrement gratuite, il n’y a pas de version premium. Par contre, il est possible de faire un don à la personne qui a produit le visuel que l’on utilise. C’est un moyen éthique de soutenir financièrement cette personne, notamment si on utilise plusieurs de ses images pour construire notre site. Mais là encore, rien ne nous y oblige.

Bibliothèques d’icônes avec Iconify

Le dernier type de ressources dont vous aurez besoin en tant que futur·e·s GECI, ce sont les icônes. Quand on réalise des sites web, on a toujours besoin de ces petites images, qui nous permettent d’indiquer à l’utilisateur·rice un menu déroulant, un réseau social ou une navigation. Et croyez-nous, vous n’aurez pas envie de les dessiner vous-même. 

C’est très facile de trouver des icônes sur Internet, mais ce qui est moins évident, c’est de trouver des collections variées, complètes avec des icônes visuellement cohérentes. Et c’est là qu’on vous sauve des heures de recherches, grâce à Iconify.

Cette bibliothèque d’icônes permet de trouver facilement des milliers de ressources gratuites et libres de droits, à utiliser instantanément. Plusieurs collections sont disponibles, et on peut y trouver le style graphique tant recherché : lignes fines, design bicolore, traits pixelisés, émojis… Deux possibilités s’offrent à nous pour trouver l’icône parfaite ; on peut parcourir les collections en quête d’un style particulier, ou se saisir de la barre de recherche pour trouver un symbole précis. 

Ce qu’on aime sur la plateforme Iconify, c’est que l’on peut appliquer des réglages aux icônes qui nous intéressent : changer leur couleur, leur taille, ou leur orientation par exemple. Et ce qu’on aime encore plus, c’est que l’on n’a même pas besoin de télécharger les icônes : on les inscrit directement dans le code de notre site ! Iconify génère automatiquement un code court à coller dans le code HTML ou CSS, en incluant tous les réglages que l’on aura choisis. Et le dernier point positif, mais pas des moindres, c’est qu’il existe une extension Iconify à installer sur Figma. Plus besoin de télécharger chaque icône, modifier ses couleurs, sa taille, choisir le bon format, l’importer sur Figma ou sur ton site… Iconify le fait pour nous. Peut-être que tout ça ne vous parle absolument pas pour l’instant, mais gardez cette bibliothèque d’icônes en tête, vous nous remercierez un jour.

Concernant les droits d’utilisation, les ressources proposées sur Iconify sont sous licence de leur auteur·rice. Mais la plateforme ne présente que des collections qui sous licence open source, c’est-à-dire qui permettent l’utilisation, les modifications, les reproductions et les diffusions. De cette manière, toutes les icônes répertoriées sur Iconify sont totalement libres. 

Internet c’est formidable pour avoir un accès à des ressources à utiliser dans ses propres contenus. Mais on le répète, assurez-vous d’utiliser des éléments dont vous connaissez les différents droits d’utilisation. 

Et petit tips : parce que c’est gratuit et open source, ça ne coûte rien de créditer l’auteur des ressources utilisées. Même dans les mentions légales de vos sites, que personne ne lira, ça fait toujours plaisir.

Laisser un commentaire